07 85 36 53 21 contact@sgiformations.fr
Le nombre d’accidents du travail est en légère augmentation en 2018 avec 651 103 nouveaux sinistres reconnus (+ 2,9 % par rapport à 2017). 

Tous les secteurs participent à l’augmentation du nombre d’accidents du travail.

Cette augmentation est plus forte dans les activités de service dont l’intérim et l’aide et soins à la personne (+ 5 %) ainsi que dans les industries du bois, de l’ameublement, du papier-carton (+ 4,5 %). La hausse est moins marquée dans les secteurs traditionnels tels que le BTP (+ 1,9 %), le transport (+ 2,4 %) et l’alimentation (+ 2,4 %). Ces activités restent tout de même majoritairement concernées par l’impact des accidents du travail. Les industries de la chimie, plasturgie et du caoutchouc ainsi que les secteurs des banques, assurances et administrations sont quant eux en retrait par rapport à cette tendance avec une augmentation de moins de 1 %.

Un accident de travail sur deux a pour cause une manutention manuelle. Pourtant la loi impose à tout employeur de faire suivre une formation gestes et postures à tous salariés dont l’activité comporte des manutentions manuelles (Article R4541-8 du code du travail).

 

Le nombre de maladies professionnelles nouvellement reconnues augmente légèrement avec 49 538 cas reconnus (+ 2,1 % en 2018). Cette augmentation est liée à celle des troubles musculo-squelettiques (TMS) puisque 88% des MP en sont la conséquence directe ou indirecte (43 506 cas de maladies professionnelles en lien avec les TMS soit 2,7% de hausse par rapport à 2017).

Les troubles musculo-squelettiques (TMS) sont directement liées aux conditions de travail et occasionnent des symptômes  douloureux des membres ainsi qu’une réduction des capacités du salarié.

Le coût direct des TMS versés chaque année par les entreprises est estimé à 2 millions d’euros et représente un absentéisme de 160 millions d’heures perdues. En moyenne un arrêt de travail dû à un accident de travail lié au mal de dos est de 2 mois et dans 46% des cas, cela entraîne une incapacité permanente partielle (IPP).

Le nombre d’accidents de trajet augmente quant à lui en 2018 de manière plus sensible (+ 6,9 %). Cela s’explique par les conditions météorologiques : la hausse par rapport à 2017 se concentre sur les mois d’hiver et les régions les plus touchées par les intempéries.

Les affections psychiques liées au travail continuent leur hausse avec 990 cas reconnus. Cela représente une hausse de 23% (200 cas) par rapport à 2017  des maladies professionnelles en lien avec les RPS (Risques Psychosociaux).